Centre d’Accès à la Culture Autour de l’Art Contemporain

Partant du constat que l’accès de l’art contemporain reste le domaine d’une élite, l’ayant éprouvé sur le terrain, constatant le grand dénuement de certains enfants et de jeunes dans les cités et dans les quartiers à forte concentration de population, nous engageons un nouveau volet de notre travail autour de l’art contemporain dans l’objectif d’atteindre un public plus large.
N’y a-t-il pas corrélation entre dénuement social et timidité culturelle ? Quel est le positionnement des adultes responsables de l’éducation des jeunes devant la culture ? C’est l’une des entrées possibles de la question du rôle et de la place de l’art dans la société aujourd’hui que pose IFLF depuis sa création.
Afin de poursuivre le travail engagé sur le terrain, nous proposons d’initier un Centre d’accès à la culture pour tous autour de l’art contemporain (ou Cacaac) ayant la particularité d’être un Centre itinérant, aussi appelé Lieu-dit itinérant, et qui se fixe pour objectif d’associer le public le plus large possible à une réflexion autour de l’art par deux types de maillage :
Une mise en réseau départementale dans le Val-d’Oise : le Centre localise quatre pôles de réflexion, Expositions, Débats, Création, Edition. Il centralise des projets divers sur le département du Val-d’Oise. Il déplace l’expérience sur l’ensemble du département.
Une mise en réseau nationale : la Ligue de l’enseignement constituera la plaque tournante de ce dispositif.

Les quatre pôles de fonctionnement du Centre

Expositions

 : Le pôle exposition comprend l’art sous toutes ses formes admises et intègre des questions sur des œuvres non admises sous ce statut. Des comédiens, musiciens, plasticiens, cinéastes et danseurs seront impliqués dans l’organisation. Des manifestations régulières ouvriront des espaces de discussion. Les artistes partenaires seront choisis par un comité de pilotage mis en place par l’association. Des commissaires d’exposition (institutionnel de l’art, historien, critique…) seront sollicités régulièrement afin d’organiser, au travers d’une série de propositions, une lecture méthodique des règles qui président à leur choix.

Débats

 : Les débats ont lieu autour d’une manifestation concrète organisée dans différents lieux (écoles, collèges et lycées, hôpitaux, centres socioculturels, CAF, cinémas…). Des conférences peuvent être programmées. L’ensemble sera consultable par bande audio, une sélection en sera publiée. Les intervenants seront choisis par un comité de pilotage mis en place par l’association en collaboration avec les responsables des structures qui accueillent nos propositions.

Création

 : «Atelier d’art content-forain» est le terme retenu pour qualifier les productions des artistes qui questionnent le statut de l’œuvre à partir du dispositif mis en place par Il Faut Le Faire. Cet Atelier sera ouvert à tous les publics. L’organisation partagera le temps et les budgets de la façon la plus démocratique possible afin de permettre une approche expérimentale de pratiques artistiques. L’association prend le parti de faire cette proposition sans entrer par un positionnement pédagogique. Dans la mesure du possible, nous chercherons à restreindre notre influence à des notions d’efficacité plastique appliquée aux demandes des individualités qui occuperont une place dans cet atelier. Des demandes spécifiques d’aide à la création seront adressées aux collectivités locales, associations et écoles. Les partenaires de l’association trouveront dans cet atelier des moyens spécifiques pour élaborer leur travail personnel.

Publications

 : Nous chercherons à enrichir nos publications avec les contributions du public qui feront l’objet d’une attention particulière afin de promouvoir la parole de non-spécialistes de l’art. Les publications seront soumises à un comité de lecture mis en place par l’association. Les documents issus des débats seront retranscrits sur le site internet de l’association. 

Est prévue également l’édition d’un document papier une fois par an, distribué gratuitement à tous les partenaires du centre au sens large et comprenant :
– une partie illustrant les productions artistiques
– une partie divisée en deux et consacrée à un bilan des actions, sous forme d’articles des participants à nos tables rondes (pouvant être élargis à quelques interventions de spécialistes qui auront tenu compte des conditions particulières du terrain offertes par notre dispositif), et sous forme d’un compte rendu écrit par les responsables de l’association.